DVV

En mémoire de Jakob Horn

 

Jakob Horn

Né à Bacsszentivan le 22 octobre 1935

Décédé à Schönram le 17 janvier 2009

 

Source: DVV International

C'est en 1981 que je rencontrai pour la première fois Jakob Horn, lors d'une conférence organisée par a DVV à Bonn. Au fil des deux décennies qui suivirent, nous nous rencontrâmes en maintes occasions: il se rendit en Inde où il passa un certain temps avec nous à la PRIA; pendant huit ans, de 1986 à 1994, nous fîmes tous les deux partie du comité exécutif du Conseil international de l'éducation des adultes (CIEA); il assista à plusieurs réunions et conférences de l'ASPBAE durant les années 80 et 90; nous passâmes quelques soirées ensemble à Budapest, en 1992. Comme c'est souvent le cas quand on a affaire à quelqu'un aussi longtemps, une amitié, emprunte d'un respect mutuel, se noua entre nous. Pour moi, Jakob était facile à vivre et un éducateur d'adultes dévoué à son travail.
Plus essentiellement, je pus constater que Jakob promouvait les idées de professionnalisation de l'éducation des adultes qui signifiait pour lui plusieurs choses: l'amélioration de la qualité des praticiens de l'éducation des adultes, un examen et une analyse plus approfondie de la pratique de l'éducation des adultes, mais aussi une mise à niveau professionnelle des institutions d'éducation des adultes, tant dans le secteur gouvernemental que non gouvernemental. Si Jacob ne se sentait pas redevable aux institutions universitaires, lui qui avait foi en la pratique, il était soucieux de la qualité de la recherche et des programmes d'enseignement dans le secteur de l'éducation des adultes. Internationaliste, Jacob ne limita pas à l'Allemagne ou à l'Europe son engagement en faveur de la professionnalisation de l'éducation des adultes, mais l'étendit aussi aux sociétés en développement.
J'ai décidé de faire part de mes réflexions à ce sujet dans ce spécial. Le mois dernier, j'étais invité à faire un exposé en de Rajan (ces exposés sont organisés à l'IRMA en souvenir Rajan, un ancien étudiant très apprécié, décédé en 1990, ndlt) devant les étudiants et le corps enseignant de l'Institut de gestion rurale (IRMA) d'Anand, dans la province indienne de Gujarat. Je leur ai longuement parlé des défis auxquels les professionnels du développement se trouvent confrontés - j'avais situé ma présentation dans le contexte de la gouvernance démocratique dans l'Inde d'aujourd'hui. Ce à quoi je faisais référence dans mon exposé, dont je présente ci-dessous quelques extraits auxquels j'ai apporté quelques modifications, peut tout aussi bien s'appliquer aux professionnels de l'éducation des adultes non seulement en Inde, mais aussi dans le monde entier. En envoyant ce texte pour le numéro spécial de la revue, je repense à la passion que Jakob nourrissait pour l'éducation des adultes avec ses formes et voies innombrables. La professionnalisation de l'éducation des adultes n'est pas encore accomplie, et les défis qui se posent aux professionnels pour sa réalisation restent intimidants, comme je l'esquisse ci-dessous. Nous pouvons contribuer à entretenir l'héritage de Jacob en commençant par nous pencher sur les défis auxquels les professionnels de l'éducation des adultes du monde entier doivent faire face et nous y attaquer.

Rajesh Tandon, président de la PRIA, New Delhi.

Cher Dr Hinzen, chers Collègues, chers Amis,
C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la disparition de M. Jakob Horn. Nous n'oublions pas les années d'intense coopération qui ont résulté des activités de lobbying de M. Horn et qui ont permis à l'Association croate de devenir membre de l'EAEA. Nous avons perdu un ami cher. Veuillez aussi transmettre toutes nos condoléances à la famille de M. Horn ainsi qu'à toute la DVV.

Damir Matkovic ´, président de l'Association croate d'éducation des adultes

Cher Heribert,
Voici une bien triste nouvelle. Je me rappelle très bien Jakob: je venais d'intégrer l'ASPBAE en tant que responsable de programme et je me sentais impressionnée d'accueillir ce "grand homme", le directeur du plus ancien partenaire de l'ASPBAE. Il me mit rapidement à l'aise, avec son air très pragmatique et naturel. Azeez et moi repensons toujours pas un dîner mémorable avec lui à Delhi, à l'occasion duquel il nous parla de son enfance pendant la guerre et d'une jeunesse passée pendant des temps diffi ciles. Mes rapports avec lui au CIEA m'ont beaucoup enseigné sur la dynamique et la complexité des ONG internationales et de la famille mondiale de l'éducation des adultes. Je me rappelle qu'il était un fervent supporter de l'ASPBAE et qu'il avait une foi inébranlable dans la valeur et la grande importance de la coopération internationale dans le domaine de l'éducation des adultes - à laquelle il voua une bonne partie de sa vie professionnelle. Je sais que ce cher collègue et grand ami vous manquera durement. L'ASPBAE se joint à moi pour vous présenter, à vous et à vos amis de la DVV, ses plus sincères condoléances. Veuillez aussi avoir l'obligeance de transmettre les condoléances d'Azeez, auxquelles je joints les miennes, à sa femme et à sa famille.

Bien à vous.
Maria Khan

Pendant près de trente ans, Jakob Horn est demeuré l’une des figures de proue de la Confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV). Sa vision et ses efforts acharnés ont joué un rôle central pour poser les bases de ce que l’Institut de coopération internationale accomplit aujourd’hui avec ses partenaires dans le monde entier. Jusqu’à sa disparition, Jakob Horn s’est passionnément intéressé à l’évolution de l’éducation des adultes au plan international.

Les expériences qu’il vécut durant son enfance et sa jeunesse l’influencèrent profondément et nourrirent les qualités particulières qui déterminèrent le cours de sa vie. Jakob Horn naquit dans la région de Vojvodina, dans le nord de l’actuelle Serbie. La guerre eut des conséquences et des suites graves et angoissantes pour lui et sa famille. En 1947, après la disparition de ses grands-parents et de son jeune frère, morts de faim dans un camp d’internement, lui et ses deux cadets réussirent à fuir et à atteindre l’Autriche après avoir traversé la Hongrie.

Ce n’est qu’alors, à l’âge de douze ans, qu’il put entamer sa scolarité, et appren dre à lire et à écrire. Durant les années qui suivirent, il rattrapa le temps perdu, parvenant à certains moments à faire deux années de scolarité en une seule. En 1957, il obtint son diplôme d’admission à l’université et entreprit des études de droit, d’économie et de sciences politiques à Munich et Berlin. Il adhéra au mou vement étudiant et prit une part active à l’administration estudiantine, devenant représentant du conseil des étudiants de sa faculté et membre des conseils de direction de l’Association des étudiants allemands. En 1963, il obtint son diplôme de sciences politiques de l’institut Otto Suhr de l’université libre de Berlin. Il fut l’un des cofondateurs de l’Association allemande d’études politiques dont il devint plus tard le président.

Sa carrière professionnelle commença en 1963 au service d’accueil des étu diants étrangers de l’université libre de Berlin. Là, dans le cadre de ses activités, il put acquérir une précieuse expérience fondée sur sa collaboration avec des étudiants du monde entier et ses fréquents déplacements à l’étranger.

Le 1er juillet 1971, il intégra la Confédération allemande pour l’éducation des adultes comme coordinateur et conseiller pour les partenariats avec l’Amérique latine.

L’année suivante, il fut nommé directeur adjoint du service de la Confédération chargé de l’éducation des adultes dans les pays en développement, l’actuel Institut de coopération internationale. Le 1er octobre 1975, il prit les fonctions de directeur et resta à la tête de l’Institut jusqu’à sa retraite en 1999. À l’époque où des mutations se firent jour en Europe centrale et de l’Est, il reconnut les nouveaux défis que cette situation posait à l’Institut et à lui-même. Sur son initia tive, l’Institut lança un programme de coopération en Hongrie, qu’il dirigea avec succès de 1990 à 1995, depuis le bureau de projets de la DVV à Budapest. Le gouvernement hongrois lui décerna la médaille de la culture nationale pour saluer ses efforts exceptionnels en faveur de l’éducation des adultes en Hongrie.

Nombre de projets qui furent lancés sous sa direction restent essentiels et sont aujourd’hui encore d’actualité. Les lignes directrices élaborées dans les années 70 pour les programmes de coopération internationale de la DVV en font partie. Il s’agit d’un ensemble de principes qui soulignent l’importance de partenariats menés dans un esprit de collaboration, de la responsabilité sociale de l’éducation des adultes et de l’utilité de cette dernière dans la lutte contre la pauvreté. Le début des années 70 marqua aussi l’apparition des premiers numéros d’Éducation des adultes et dé veloppement, la revue multilingue internationale sur l’éducation des adultes la plus largement distribuée dans ce domaine. L’engagement personnel particulier de Jakob Horn à l’égard des pays d’Afrique de l’Est, de l’Éthiopie au Soudan, en passant par la Somalie, et les nombreux cours qu’il y dirigea lui-même à l’intention d’éducateurs de la région furent la force motrice du programme de formation initiale et continue des éducateurs d’adultes, que nous nous efforçons de diffuser partout dans le monde. Au cours des nombreuses années durant lesquelles les efforts de la DVV en Amé rique latine se concentraient sur la Colombie, Jakob Horn insista particulièrement sur l’élargissement des relations de la DVV et sur le renforcement des structures des organisations partenaires. Ses efforts préparèrent le terrain pour que l’Institut ouvre de nouveaux bureaux de projets dans d’autres pays partenaires de la région.

Jakob Horn s’est consacré à la promotion des associations régionales d’éducation des adultes en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique latine. Il a toujours fourni son soutien au Conseil international de l’éducation des adultes, pour le meilleur et pour le pire, il a assumé ses responsabilités de membre de son administration et s’est personnellement engagé dans la recherche de solutions constructives dans des situations de crise. Grâce à son exceptionnel talent pour la communication, il s’y entendait pour nouer et étoffer des contacts internationaux à tous les niveaux, rapprochant les éducateurs d’adultes pour construire des réseaux efficaces sur le terrain. Ses conseils étaient hautement appréciés et constamment recherchés. Jakob Horn était en outre une figure éminente et populaire des conférences internationales. Aux conférences mondiales de l’UNESCO sur l’éducation des adultes, il défendait avec ferveur l’ap prentissage tout au long de la vie et son importance pour le développement social, tant en Allemagne que partout ailleurs dans le monde.

Jakob Horn instaura des rapports de confiance sur de solides bases entre l’Institut et ses bailleurs de fonds. Il avait une vision claire de ce qui était possible et il était toujours prêt à examiner de nouvelles idées et à essayer de nouvelles approches pour provoquer des changements dans le monde.

Au sein de l’Institut, il encourageait les bons rapports entre collègues et la colla boration, et portait activement un intérêt sincère à tous les membres du personnel. Il laissait de la marge à l’initiative personnelle et encourageait à communiquer ouvertement. Nous ne l’oublierons jamais et nous l’apprécierons toujours pour son inspiration inépuisable et vivante, et sa solidarité loyale.

En juin 2009, l’Institut de coopération internationale fêtera ses quarante ans d’existence. Cela aurait été un honneur et un privilège pour nous de célébrer cet événement avec Jakob Horn. Le quarantième anniversaire de notre revue lui sera dédié avec gratitude, en hommage à sa mémoire.

Deutscher Volkshochschul-Verband, Bonn, Allemagne
Prof. Dr. Rita Süssmuth,
Présidente
Dr. Ernst Dieter Rossmann, Membre du Parlement allemand, Président
Ulrich Aengenvoort,
Directeur de l’Association
Prof.(H) Dr. Heribert Hinzen,
Directeur de DVV International

CONFINTEA V 1997 in Hamburg

CONFINTEA V 1997 à Hambourg
Source: Jost Reischmann