Sofía Valdivielso

Sofia Validvielso est membre du service du genre et de l’éducation au CIEA. Il a été fondé en 1997 à l’occasion de la CONFINTEA V par des organisations et réseaux de femmes dans le but de promouvoir l’éducation des jeunes et des adultes comme dimension stratégique pour réaliser la justice et l’égalité dans les rapports entre les sexes. Elle aussi lance un appel à l’action.

Le droit à l’éducation tout au long de la vie –
L’éducation est-elle aussi en crise?

Des propositions et des défis pour un autre monde possible

Depuis son début, les Nations unies ont exprimé leur conviction que l’éducation est l’un des piliers fondamentaux sur lesquels les sociétés modernes doivent s’appuyer.

Dans les six dernières décennies, l’UNESCO a organisé cinq conférences inter nationales consacrées spécialement à l’éducation des adultes. Dans chacune de ces conférences des progrès importants vers la compréhension du droit universel à l’éducation tout au long de la vie on été atteints.

En faisant une lecture attentive de chacun des textes issus de ces conférences, nous pourrons conclure que nous sommes les héritiers des discours et des débats menés pendant ces six dernières décennies, que les idées principales concernant le droit à l‘éducation des jeunes et des adultes ont été déjà exprimées et que, tel que la devise de la prochaine conférence à Belém le signale, «il est temps de passer à l‘action.

Rappelons-nous: à Elseneur (1949) nous avons débattu sur le rôle que l‘E.A. devait jouer dans le développement intégral des peuples et dans le renforcement des relations positives entre eux. À Montréal (1960) nous avons centré le débat sur le besoin que tous les pays du monde «apprennent à coexister de façon pacifique. Apprendre devient le mot clé de cet événement. À Tokyo (1972) nous avons traité, pour la première fois, les problèmes de la détérioration de l’environnement, une conséquence du développement incontrôlé de la décennie précédente. Également, la présence de nouveaux États facilite la prise de conscience de la nécessité d’ajou ter dans l’agenda le sujet de la diversité et du respect d’autres cultures. À Paris (1985) nous avons approuvé une déclaration sur «le droit à apprendre. Nous avons insisté sur le fait que ce droit à apprendre ne doit pas être seulement compris depuis sa dimension fonctionnelle en tant qu‘instrument du développement économique, mais surtout comme un droit humain universel grâce à l‘exercice duquel les êtres humains deviennent les protagonistes responsables de leur propre histoire.

 

Sofia Valdivielso
Source: Claudia Ferreira


 

 

Finalement, à Hambourg (1997), un nouveau discours commence à apparaître, pour certains un nouveau paradigme centré sur la recherche de nouvelles voies d’intégration des perspectives qui, à Paris, se montraient opposées. Nous nous trouvons face à la naissance d’une vision plus inclusive de l’éducation des adultes, l’entendant comme une partie d’un processus qui recouvre toute la vie, dont les buts visent à promouvoir l’apprentissage des personnes et des communautés, le dialogue entre les différentes cultures, tout en respectant la diversité et la différence culturelle. À Hambourg nous avons réitéré que le développement est au service de l’être humain et non à l’inverse, et nous avons considéré que les systèmes éducatifs doivent être conçus pour assurer que l‘éducation des adultes fasse un apport au développement de la démocratie, de la justice et de l‘équité, au développement durable, à l‘autonomisation (empowerment) des individus et des sociétés, à affron ter les transformations et les changements qui touchent l‘économie, la culture et la société dans l‘ensemble, et à la création d‘un dialogue interculturel adressé au développement d‘une culture de la paix.

Actuellement, avec une perspective de plus de 50 ans d’histoire, nous pouvons affirmer que même si nous avons parcouru un long chemin, il reste encore beau coup pour pouvoir affirmer que ce droit est universel. Nous avons passé d’une cosmovision dans laquelle le monde est présenté comme un mécanisme rationnel en bon fonctionnement, qui suit des lois naturelles pouvant être apprises, maîtrisées et manipulées dans son propre profit, à une cosmovision centrée sur la pluralité, sur la communauté, sur le rapport entre les êtres humains, sur les réseaux et sur la sensibilité écologique.

À Belém il nous faudra avancer un peu plus et établir les fondements pour la naissance d’une nouvelle cosmovision qui, sans nier les précédentes, aille au-delà et nous aide à comprendre que la vie, tout en étant plurielle et diverse, est aussi une seule, que les différences et les pluralités peuvent s’intégrer naturellement dans des courants interdépendants. La crise actuelle accélère les processus de compré hension qu’il vaut mieux coopérer que concourir et que, selon les dires d’Einstein, ce monde sera un ou aucun. Passons à l’action!

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.