Ricarda Motschilnig

Quand on s’efforce de hisser l’éducation des adultes au rang de priorité dans les engagements et budgets publics, l’un des principaux obstacles est la rareté des informations avérées prouvant son impact positif pour les apprenants et la société dans laquelle ils vivent. C’est pour cette raison que DVV International et l’Institut allemand pour l’éducation des adultes (DIE) ont lancé un projet de recherche intitulé Bienfaits de l’apprentissage tout au long de la vie (Benefits of Lifelong Learning/BeLL) et financé par l’Union européenne dans le but de comparer les efforts entrepris pour s’éduquer et les bienfaits de l’apprentissage des adultes pour tant pour le bien-être des apprenants que pour celui des communautés. L’étude démontre des résultats palpables de l’apprentissage des adultes dans tout un ensemble de domaines comme la santé, l’engagement civique, le rôle de parent, la réduction de la pauvreté, le bien-être et le bonheur. Ricarda Motschilnig qui s’est spécialisée dans l’éducation interculturelle et l’éducation communautaire des adultes résume les résultats de l’étude qui paraîtra bientôt en ligne: Motschilnig, R./Thöne-Geyer, B./Kil, M. (2012) What Adult Education is for? The Wider Benefits of Adult Learning – An approach and it’s outcome, texte-online, DIE, DVV International, EAEA, Bonn, en cours de publication.

Les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes: inventaire des études et recherches existantes

Ces dernières années, les débats, tant politiques que scientifiques, ont mis en avant l’importance croissante de l’éducation. Ils sont dominés par un consensus selon lequel l’éducation des adultes joue un rôle significatif dans la promotion du bien-être personnel, social et économique, ce que DVV International a aussi reconnu depuis longtemps. La capacité de l’éducation des adultes à créer des valeurs personnelles, économiques et sociales est une conviction profondément ancrée.

Néanmoins, récemment encore, la plupart des preuves illustrant les bienfaits de l’éducation des adultes étaient anecdotiques, ou reflétaient juste une ambition. Bien que des études sérieuses sur les bénéfices de la scolarité, de l’éducation permanente et de l’enseignement supérieur existent, on s’était jusqu’alors relativement peu consacré aux bienfaits de l’éducation à l’âge adulte. De plus, il y avait une tradition bien enracinée qui orientait la recherche vers les retours économiques sur l’investissement dans l’éducation alors que les recherches sur la notion de retours sociaux et personnels étaient relativement peu nombreuses. L’absence de preuves illustrant les bienfaits de l’éducation des adultes, notamment ceux directement liés au marché du travail, constitue un obstacle majeur l’empêchant d’obtenir la reconnaissance nécessaire pour lui donner une structure durable et la faire bénéficier d’un soutien public fiable.

Cet article avance que l’éducation des adultes influe sur la vie des gens de manières qui dépassent ce que l’on peut quantifier en termes de revenus sur le marché du travail et de croissance économique. Aussi importants que ces aspects puissent-être, les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes ne sont actuellement ni bien compris ni systématiquement maîtrisés.

Preuve des «bienfaits au sens large de l’éducation des adultes»

À présent, de plus en plus de recherches sont menées au sujet des bienfaits au sens large de l’éducation des adultes, et cet article se penche individuellement sur les différents thèmes traités dans ces études, y compris les bienfaits dans les domaines suivants: économie, santé, engament civique et cohésion sociale, changement d’attitude, évolution (éducative), criminalité, rôle des parents, réduction de la pauvreté et bien-être. J’ai trouvé des études clés réalisées à l’ouest, au centre et au nord de l’Europe (au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche, en Finlande et au Danemark), au Canada et en Australie, et des études menées par l’OCDE, le CERI et l’UNESCO.

Les bienfaits économiques de l’éducation des adultes

L’éducation des adultes peut permettre d’améliorer l’employabilité et les revenus, un moyen essentiel pour produire tout un ensemble d’autres bienfaits. Par exemple, elle permet aux gens dans une certaine mesure de choisir et de former la situation dans laquelle ils vivent et travaillent, voire même d’améliorer leur position sociale. Les études existantes sont principalement consacrées au retour économique sur l’investissement dans les formations sur le tas et les formations offertes par les employeurs, ce qui indique que celles-ci peuvent avoir une incidence considérable sur les revenus et la situation professionnelle des individus, par exemple en réduisant leur risque de se retrouver au chômage.

     

  • Au Royaume-Uni (Feinstein et coll., 2004), on a constaté qu’une formation liée à l’activité professionnelle permettait clairement d’obtenir une progression salariale de 5 à 10 %.
  • Une étude menée en Autriche (OEIB, 2008) parmi des apprenants en formation professionnelle a révélé que ceux qui suivaient des cours gagnaient 11 % de plus qu’avant cette formation.
  • Une commission d’experts allemands sur le financement de l’apprentissage tout au long de la vie (Timmermann, 2010) faisait état d’importants retours sur les revenus en Allemagne pour les personnes âgées de 20 à 44 ans s’étant inscrites à des formations.
  •  

Suivre des cours d’éducation pour adultes peut en particulier être bénéfique pour les personnes les moins susceptibles de trouver un emploi (migrants, femmes de minorités ethniques, etc.).

En ce qui concerne les possibilités de trouver un emploi, il a été constaté que l’éducation des adultes et l’éducation permanente réduisaient considérablement le risque de se retrouver au chômage (Sabates, 2007). Jerkins et coll. (2003 dans Ferrer et Riddel, 2010) ont analysé l’impact de l’éducation des adultes sur l’emploi et les revenus, et les résultats de leur travail ont révélé que des phases d’éducation à l’âge adulte, notamment des phases de formation professionnelle, avait des effets positifs sur l’emploi (mais une incidence limitée sur les revenus).

Santé

Des preuves empiriques illustrent que l’éducation des adultes peut avoir des effets transformateurs ou de maintien sur la santé. Les effets transformateurs correspondent à un changement d’attitude de l’adulte s’instruisant (par exemple lorsqu’un fumeur s’arrête de fumer). Les effets de maintien se traduisent quant à eux par la conservation de comportements sains, par exemple par la probabilité de rester non fumeur.

Par conséquent, les personnes suivant des cours d’éducation des adultes ont plus de chances d’avoir des modes de vie sains, et tout un ensemble d’ouvrages porte sur le rapport entre éducation des adultes et santé mentale. Au plan intergénérationnel, l’instruction des parents sur la santé des enfants a aussi des effets très utiles.

En Finlande, Manninen (2008) a mené des recherches dans le but d’analyser les bienfaits au sens large de la participation à des activités d’éducation générale des adultes, et développé un modèle conceptuel de ces bienfaits. Ce modèle est divisé en cinq catégories (voir diagramme ci-dessous) englobant trente-cinq thèmes principaux.

 

Les résultats de l’étude de Manninen ont montré que l’éducation générale des adultes en Finlande avait des effets positifs tant pour les individus que – tout au moins à long terme – pour les communautés et la société en général. Il a été estimé qu’approximativement 900 000 personnes ont pu ainsi enrichir leurs connaissances et compétences, et améliorer leur bien-être. Cette étude réalisée en Finlande (Manninen, 2010) révèle que 28 % des personnes interrogées ont mentionné l’amélioration de leur bien-être psychique comme l’un des apports de l’éducation et que 13,2 % ont constaté une amélioration de leur santé physique.

 

  Manninen (2010:8) «Esquisse d’un modelé pour les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes»

Engagement civique et social

De nombreux pays s’inquiètent de la baisse de participation aux élections et à la vie civique. L’éducation des adultes pourrait inspirer un changement d’attitude qui pourrait induire une modification des comportements. Différentes études (OCDE, 2007; Desjardins et Schuller, 2006; Field, 2009; Preston et Feinstein, 2004; Bynner et Hammond, 2004, etc.) montrent que l’éducation peut favoriser la cohésion sociale et renforcer la citoyenneté. L’éducation des adultes peut être propice au développement de normes partagées, à l’amélioration de la confiance dans d’autres personnes et dans le gouvernement, et à une plus grande coopération civique.

L’OCDE (2007) indique que les activités d’éducation des adultes peuvent favoriser l’engament civique et social de différentes façons:

     

  • En formant le savoir des gens par des contenus leur inculquant des connaissances susceptibles de faciliter un engagement civique et social.
  • En développant des compétences aidant les gens à mettre leur savoir en pratique, à l’employer et à le développer pour s’engager aux plans civique et social.
  • En cultivant des valeurs, des attitudes, des convictions et des motivations pour encourager l’engagement civique et social.
  •  

Changement d’attitude

Un individu ayant suivi des cours d’enseignement pour les adultes peut se distinguer de celui qui n’y a pas pris part si l’on se penche sur l’attitude qu’il avait auparavant. Il a été constaté (Feinstein et coll., 2003) que l’éducation des adultes était associée à une plus grande «ouverture d’esprit» en ce qui concerne l’appartenance raciale et l’autorité, à une meilleure compréhension des gens issus de milieux différents, en ce qu’elle remet en question les convictions que les individus avaient jusqu’alors, le tout dans une optique appuyant durablement des opinions non extrémistes. Les formations théoriques sont en particulier les plus propices à ouvrir les esprits et créent généralement un rapport entre l’éducation des adultes et une tolérance raciale accrue, une réduction du cynisme politique et une plus grande prédisposition à des attitudes démocratiques. Les formations professionnelles produisent les effets les plus flagrants quant au souci de l’environnement et à la sensibilisation en la matière (Preston et Feinstein, 2005).

Progrès (éducatifs)

Les progrès dans d’autres domaines éducatifs sont un résultat essentiel de l’éducation des adultes. Il est clairement prouvé que s’instruire (avec succès) incite à apprendre davantage. Manninen (2010) a constaté que 93 % des inscrits à des formations avaient déclaré que leur participation les avaient motivés à apprendre plus.

En outre, les apprenants décrivaient leurs progrès en faisant référence aux activités auxquelles ils pouvaient désormais prendre part dans tout un ensemble de domaines de la vie (quotidien et loisirs, travail et communauté, éducation). Presque tous les apprenants citèrent trois points apparemment primordiaux pour leur perception de l’éducation: prendre confiance en soi, apprendre à s’exprimer et s’ouvrir à l’apprentissage. Ces effets avaient selon eux apporté des améliorations à la qualité de leur vie et étaient devenus partie intégrante de leur identité d’apprenants.

Criminalité

Le Centre for Research on the Wider Benefits of Learning (Centre de recherche sur les bienfaits au sens large de l’éducation) affirme que les personnes non qualifiées ont davantage de chances de devenir des délinquants récidivistes (Feinstein et coll., 2008). Il indique un lien étroit entre réussite ou échec de l’apprentissage et propension au crime. Schuller (2009) pense que l’éducation et la formation générales réduisent les risques de tomber dans la criminalité et de récidiver. De même que l’éducation des adultes favorise l’acquisition de compétences douces personnelles comme l’autorégulation, la gestion du comportement et des compétences sociales et de communication. Les personnes possédant ces compétences auront par exemple moins tendance à commettre des crimes. Néanmoins, nous avons besoin de disposer d’un plus grand nombre d’analyses de meilleure qualité concernant l’incidence de l’apprentissage tout au long de la vie sur la criminalité et l’emprisonnement.

Effets intergénérationnels, le rôle de parent

Les ouvrages révèlent que les accomplissements éducatifs d’une génération se répercutent positivement sur la suivante (Wolfe et Haveman, 2002). Des études s’accordent à dire que les apprenants deviennent de meilleurs parents dans le sens où ils font preuve d’une plus grande patience et de plus de compréhension, et qu’ils sont mieux aptes à écouter et soutenir leurs enfants en les motivant davantage, en étant pour eux des apprenants modèles et en devenant des parents plus impliqués. Les résultats des études du Centre de recherche sur les bienfaits au sens large de l’éducation montrent que dès l’âge de trois ans, les enfants de parents sans qualifications ont d’emblée un an de retard sur les enfants de diplômés (Feinstein et coll., 2008).

Réduction de la pauvreté

Bien que l’éducation des adultes soit mal comprise, on a dit qu’elle était essentielle pour réduire les niveaux de pauvreté dans le monde (UNESCO-UIL, 2009; EAEA, 2010) étant donné qu’elle a le pouvoir d’influer de façon positive sur de nombreux aspects de la pauvreté. Des résultats montrent que l’éducation des adultes a un rôle à jouer pour acquérir les compétences et connaissances non seulement nécessaires pour réduire les risques de tomber dans la pauvreté, mais aussi pour donner les moyens de résister aux pressions facteurs de pauvreté.

L’EAEA (2010) souligne le rôle autonomisant que peut jouer l’éducation des adultes dans des périodes de crise en créant une communauté stable, une chance de se réorienter, un endroit sûr et en étant facteur de reconnaissance sociale. L’enquête menée en Grande-Bretagne sur l’avenir de l’apprentissage tout au long de la vie (Sabates, 2008) conclut que participer à l’éducation des adultes peut aider à réduire considérablement la pauvreté en augmentant les chances de trouver du travail, en améliorant le niveau de santé des personnes démunies et en offrant aux gens de meilleures possibilités d’acquérir les outils nécessaires pour pouvoir se prendre eux-mêmes en main. Par conséquent, l’éducation des adultes devrait être un élément de toute approche de réduction de la pauvreté, de même que de nombreuses initiatives sont nécessaires pour sortir les gens de l’indigence.

Bien-être et bonheur

Nombre de recherches menées récemment se sont penchées sur le rapport entre éducation des adultes et bien-être. Par exemple, la fondation Bertelsmann (Schleiter, 2008) a effectué une enquête pour laquelle on demandait aux gens leur avis personnel concernant le rôle que pouvait jouer l’apprentissage tout au long de la vie pour favoriser le bonheur et le bien-être. Parmi les personnes interrogées, un total de 35 % voyaient une forte corrélation entre l’apprentissage tout au long de la vie, le bonheur et le bien-être.

Le Centre de recherche sur les bienfaits au sens large de l’éducation (Preston et Feinstein, 2004) nous fournit des preuves illustrant les effets de l’apprentissage tout au long de la vie sur le bien-être subjectif et établit un rapport entre l’éducation des adultes et une amélioration de la confiance en soi et de l’amour-propre. Parmi les effets directs de l’éducation des adultes pour le bien-être, citons par exemple l’efficacité personnelle, l’assurance ou la faculté de créer des réseaux de soutien. Dans une étude (Field, 2009), quatre cinquième des apprenants âgés de 51 à 70 ans ont déclaré avoir constaté un impact positif sur, entre autres, l’assurance, la satisfaction dans la vie et la capacité à faire face. L’analyse longitudinale de Feinstein et coll. a révélé quant à elle que les apprenants avaient davantage de chances de constater un gain d’efficacité personnelle et le sentiment d’être capables d’agir que les non-apprenants (Feinstein et coll., 2003).

Lacunes et défauts essentiels

En examinant les ouvrages et recherches sur les bienfaits de l’éducation des adultes, on a relevé dix lacunes essentielles:

     

  1. Lacunes concernant les connaissances de base: tout d’abord, seules quelques études portent sur l’éducation des adultes et les expériences comptant dans ce domaine pour produire des bienfaits au sens large, ce qui signifie que nos connaissances de base concernant le potentiel de l’éducation des adultes se répercutent sur cette dernière.
  2. Concentration sur les résultats obtenus par l’éducation formelle: on se concentre sur les preuves empiriques des résultats obtenus par l’éducation formelle sans tenir compte de l’éducation non formelle et informelle. La plupart des études portent essentiellement sur le nombre d’années/de mois ou sur le niveau d’instruction atteint et sur les qualifications formelles comme indicateurs de productivité, principalement du fait que ces informations se recueillent facilement et à moindre frais.
  3. Concentration sur le capital humain et les résultats économiques: jusqu’à présent, la théorie sur le capital humain a associé l’éducation à des résultats économiques, et continue très souvent de mettre l’accent sur les bienfaits économiques de l’éducation.
  4. Concentration sur la formation professionnelle: en outre, les informations disponibles concernent principalement la formation professionnelle. Il existe peu de recherches et de preuves spécifiques sur l’éducation générale des adultes et l’apprentissage des adultes durant les loisirs. Il n’existe aucune preuve empirique illustrant la façon exacte dont se déroulent les interventions éducatives ou sur le type et les approches les plus efficaces et générant les plus grands bénéfices pour les adultes.
  5. Décider d’apprendre: l’un des principaux objets de la recherche demeurent les motifs qui poussent les adultes à s’éduquer (ou les en empêchent) et, s’ils se décident à s’instruire, le type d’éducation des adultes qu’ils choisissent.
  6. Sélection partiale: de plus, nous ne pouvons pas savoir pour chaque participant ce qu’il aurait vécu s’il n’avait pas suivi de formation. Bien que de nombreuses études aient eu recours à des groupes de référence, les simples comparaisons entre non-participants et participants risquent d’être affectées par une sélection partiale et de ne pas fournir d’estimations fiables des bienfaits.
  7. Vérifiabilité de la cause: il n’est pas toujours possible de conclure que l’éducation est la cause première des bienfaits. Nous devons être conscients du fait que les informations ne prouvent pas que l’éducation des adultes a forcément provoqué ces changements et apportés ces bienfaits, ni dans quel ordre ou avec quelle série d’évènements ils sont survenus. D’autres facteurs non observés dans la vie pourraient être à l’origine de ces bienfaits.
  8. Représentativité: les résultats des études mentionnées précédemment doivent être considérés avec circonspection du fait qu’ils ne sont pas nécessairement représentatifs de l’éducation des adultes dans et entre les pays. Bon nombre des recherches récentes ont été menées en Grande-Bretagne, ce qui fournit de solides arguments pour examiner de près la situation dans d’autres États et sociétés. Il a été constaté que nous savons par exemple peu de choses sur les bienfaits de l’éducation des adultes dans les pays d’Europe de l’Est ou du bassin méditerranéen.
  9. Transférabilité: la transférabilité des résultats entre les régions et entre les différents modes d’éducation des adultes au sein même du secteur est également un problème. Souvent, les résultats des études ne peuvent pas servir de points de comparaison au plan international du fait que les outils et la notion d’éducation des adultes diffèrent considérablement en fonction des pays.
  10. Défis méthodologiques: enfin, du point de vue méthodologique, l’analyse des bienfaits de l’apprentissage nous place devant un défi étant donné qu’il semble difficile de quantifier l’impact de l’éducation des adultes. Souvent, l’évaluation de ces bienfaits repose sur des estimations subjectives et sur les réponses des apprenants à des enquêtes et des interviews. La plupart des études principalement consacrées à l’éducation des adultes sont menées à petite échelle et contiennent peu d’informations contextuelles. Bien que dans de nombreux pays on développe des moyens de collecte à vaste échelle d’informations comportant des volets sur l’éducation des adultes, il n’existe pas dans la plupart d’entre eux d’études longitudinales représentatives portant principalement sur des sujets concernant l’éducation.
  11.  

Récapitulation: quelle preuve sommes-nous aujourd’hui en mesure de présenter en ce qui concerne les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes?

Récapitulons: cet article affirme que l’éducation des adultes a une incidence sur la vie des gens de manières qui dépassent ce que l’on peut quantifier par le biais des revenus du marché du travail et de la croissance économique. L’éducation des adultes a des résultats positifs et influe sur les attitudes et comportements qui ont un effet direct sur le bien-être humain. Les recherches indiquent une corrélation positive entre l’éducation des adultes et la santé (comportement), des effets intergénérationnels et la réduction de la pauvreté et de la criminalité. Il est démontré que l’éducation des adultes peut entretenir et transformer la tolérance, l’ouverture d’esprit et l’engagement civique.

Les informations recueillies confirment que les apprenants adultes acquièrent d’importantes compétences douces comme une amélioration de la confiance en soi, de l’amour-propre et de la satisfaction professionnelle. En particulier, le sentiment d’accomplissement a des effets positifs sur l’image que les individus ont d’euxmêmes, ce qui améliore leur bien-être psychologique et renforce en même temps leur identité. Les bienfaits comme l’amélioration des revenus et de l’employabilité résultant d’une participation à des activités d’éducation des adultes influent indirectement sur le bien-être des gens.

Aussi importants soient-ils, les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes ne sont actuellement ni bien compris ni systématiquement mesurés. Bien que certains changements soient apparents, ces bienfaits appartiennent toujours à un domaine émergent et mal compris, reposant sur une base théorique et des preuves peu solides. Il existe seulement des études sélectives individuelles portant sur l’éducation des adultes et ses bienfaits, ce qui veut dire que nos connaissances à cet égard présentent de sérieuses lacunes. Néanmoins, ces dernières années, on enregistre un intérêt croissant pour ses bienfaits au sens large, et nous pouvons affirmer d’une manière générale avec confiance que l’éducation des adultes apporte de tels bienfaits pouvant être démontrés, ce qui est d’une importance significative pour les décideurs politiques et les praticiens.

La voie de l’avenir: suggestions concernant les mesures à prendre

Les recherches effectuées pour cet article nous permettent de formuler les recommandations suivantes pour les éventuelles mesures à prendre:

Point de vue global: il est encore nécessaire d’adopter un point de vue global, au-delà des qualifications, des certifications et des bienfaits économiques.

Approfondir les recherches et recueillir des informations: l’un des plus grands défis se posant à la recherche et à l’évaluation dans le domaine de l’éducation des adultes est la complexité et la diversité immenses des formes d’enseignement. Par conséquent, il est essentiel de disposer de meilleures recherches, informations et analyses. Il faut réaliser des études plus cohérentes pour comprendre les effets et les causes de l’apprentissage (des adultes).

Développement d’indicateurs: il conviendrait d’élaborer des indicateurs donnant des informations utiles par exemple pour les décideurs politiques (inter)nationaux. Étant donné qu’il est difficile de quantifier les bienfaits au sens large de l’éducation des adultes, ce qui est plus complexe qu’avec un seul ensemble de données, disposer d’indicateurs serait un outil essentiel permettant d’évaluer des points de référence et de surveiller le système de l’éducation.

Études comparatives: il est nécessaire d’effectuer des comparaisons entre les pays et les régions de façon à révéler les différences entre les cultures et les stades de développement. Le fruit de ces études aiderait les chercheurs et les décideurs politiques à envisager de nouvelles stratégies et lignes directrices, à les planifier et à les mettre en œuvre.

Investir davantage: les consultations entreprises à l’occasion de cette étude montrent clairement que l’avenir de la recherche dépendra des efforts faits pour convaincre les gouvernements et organismes de financement de la recherche. Il est nécessaire d’investir dans des offres d’éducation des adultes de qualité. D’une manière générale, ceci n’est pas d’abord une question d’offres plus spécifiques; il s’agit ici de reconnaître et d’investir dans l’impact au sens large de l’éducation des adultes. Les ressources publiques doivent être employées de façon plus équilibrée.

Bien que des premières preuves et réponses aient été fournies concernant les bienfaits au sens large de l’éducation, il reste encore des questions auxquelles il faudra répondre, entre autres: quels sont les bienfaits répartis plus ou moins également entre les différents types d’apprenants? Ou encore, certaines personnes tirent-elles un plus grand profit de l’éducation que d’autres? Pouvons-nous identifier des approches particulières plus susceptibles que d’autres de produire des bienfaits au sens large?

Références:

Beicht, U.;Krekel, E.; Berger, K.; Herget, H. et Walden, G. (2003) «Kosten und Nutzen beruflicher Weiterbildung für Individuen» Bonn: BIBB.

Bertelsmann Stiftung (2010) «The European Lifelong Learning Indicators (ELLI)», www.elli.org

Bynner, J. et Hammond, C. (2004) «The benefits of adult learning: Quantitative insights»,#
Londres: Centre for Research on the Wider Benefits of Learning.

Conseil canadien sur l’apprentissage (2010) «CLI Composite Learning Index» www.cli-ica.ca

Desjardins, R. et Schuller, T. (2006) «Understanding the Social Outcomes of Learning» dans Measuring the Effects of Education on Health and Civic Engagement: Proceedings of the Copenhagen Symposium, Paris: OCDE.

European Association for the Education of Adults (2010) «The role of Adult Education in Reducing Poverty – EAEA Policy Paper» Bruxelles: EAEA.

Feinstein, L., Hammond, C., Woods, L., Preston, J. et Bynner, J. (2003) «The Contribution of Adult Learning to Health and Social Capital», Londres: Centre for Research on the Wider Benefits of Learning.

Feinstein, L.; Galindo-Rueda, F. et Vignoles, A. (2004) «The Labour Market Impact of Adult Education and Training: A Cohort Analysis» Londres: School of Economics and Political Science.

Feinstein, L.; Budge, D.; Vorhaus, J. et Duckworth, K. (2008) «The social and personal benefits of learning: A summary of key research findings» Londres: Centre for Research on the Wider benefits of Learning.

Field, J. (2009) «Well-being and Happiness» IFLL Thematic Paper 4, Londres: NIACE.

Ferrer, A. et Riddel, W.C. (2010) «Economic Outcomes of Adult Education and Training» Vancouver/Calgary: Elsevier Ltd.

Panel socio-économique allemand (2008) «Analytical Potentials of the German Socio-Economic Panel for Empirical Educational Research» Berlin: Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung.

Manninen, J. (2010) «Wider Benefits of Learning within Liberal Adult Education System in Finland» université de Finlande de l’Est.

Étude du panel sur l’éducation nationale (2010) WZB, Social Science Research Centre, Berlin,
www.wzb.eu/bal/neps/etappe8/etappe8.en.htm, accessed 11.02.2011

OCDE (2007) «CERI – Understanding the Social Outcomes of Learning», Paris: OCDE.

ÖIEB (2008) «Was bringt mir Bildung?» Vienne: ÖIEB.

Preston, J. et Feinstein L. (2004) «Adult Education and Attitude Change – Report No.11»,
Londres: Centre for Research on the Wider Benefits of Learning.

Sabates, R. (2007) «The Effects of Adult Learning on Social and Economic Outcomes»,
Londres: Commission of Inquiry.

Sabates, R. (2008) «The Impact of Lifelong Learning on Poverty Reduction» IFLL Public Value Paper 1,
Londres: NIACE.

Schleiter, A. (2008) «Glück, Freude, Wohlbefinden – welche Rolle spielt das Lernen? Ergebnisse einer repräsentativen Umfrage unter Erwachsenen in Deutschland» Gütersloh: Bertelsmann Stiftung.

Schmid, K. (2008) «On the Benefits of Further Training – Participants Self-Assessment of the Causality and the Heterogeneity of Returns» Vienne: Institute on Research and Qualification of the Austrian Economy (ibw).

Schuller, T. (2000) «Crime and lifelong learning» IFLL Thematic Paper 5, Leicester: NIACE.

Schuller, T. et Watson, D (2009) «Learning through Life: Inquiry into the Future of Lifelong Learning»,
Londres: NIACE.

Timmermann, D. (2010) «Public Responsibility for Continuing Education Shaping the Adult Education System through State Financing» www.psih.uaic.ro/cercetare/publicatii/ anale_st/2010/09dieter %20timmermann.pdf, saisi le 27.2.2011

UNESCO (1997) «Rapport final de la cinquième conférence sur l’éducation des adultes» UNESCO: Hambourg.

Wolfe, B. et Haveman, R. (2002) «Accounting for the Social and Non-Market Benefits of Education» www.oecd.org/dataoecd/5/19/1825109.pdf, saisi le 15.02.2011

 

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

Plus d’articles

Lire l'édition complète

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.