Heribert Hinzen

Le neuvième Dialogue Asie-Europe (ASEM/Asia-Europe Meeting) s’est déroulé en octobre de cette année à Vientiane (République populaire du Laos). Un vaste réseau d’organisations de la société civile des deux continents en ont profité pour se réunir lors du neuvième Forum des peuples d’Asie et d’Europe, censé être un espace d’influence, de dialogue et de coopération, donnant l’occasion à des acteurs sociaux de chaque région de partager, créer et renforcer des campagnes, de formuler des recommandations et d’élaborer des alternatives axées sur les gens aux niveaux national, régional et interrégionalŸ. Heribert Hinzen, qui dirigea DVV International pendant de nombreuses années et qui est l’actuel directeur de son bureau régional pour l’Asie du Sud et du Sud-Est décrit comment les menaces issues du changement climatique, et les défis qui se posent de ce fait en matière d’éducation et de développement, étaient au centre des préoccupations du forum.

Échanges, réseautage et coopération entre l’Asie et l’Europe: partir des cadres et processus existants et les intégrer

Nos collègues et partenaires de l’éducation et de la formation des adultes ont de nombreuses occasions de travailler en réseau avec un éventail croissant d’organisations, de plates-formes et de coalitions. Ces possibilités s’offrent à eux aux niveaux mondial, régional et national, et il est parfois difficile de déterminer les avantages de telles coopérations – qui viennent s’ajouter à nos agendas déjà bien remplis. nous devons être sélectifs et évaluer au bout d’un certain temps ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Il arrive régulièrement à DVV International de devoir prendre des décisions non seulement à ce sujet, mais aussi en ce qui concerne les priorités à donner. nous devons examiner ces questions à la lumière des nombreux choix offerts par des acteurs intergouvernementaux comme l’UNESCO ou l’Organisation internationale du travail (OIT), et de programmes liés aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), à la CONFINTEA ou à l’éducation pour tous. du côté des ONG, nous avons le Ciea, le Conseil international d’éducation des adultes, notre réseau mondial, et des réseaux régionaux comme l’eaea pour l’europe, l’asPBae pour la région asie-Pacifique et le Ceaal pour l’amérique latine.

Dans le présent article, nous examinerons un exemple de travail en réseau, en l’occurrence celui du bureau régional de DVV International pour l’asie du sud et du sud-est, installé depuis fin 2009 à vientiane, la capitale de la république populaire du laos. nous avons baptisé ce projet viCaed: Vientiane initiatives on Cooperation for Adult Education and Development (initiatives de vientiane sur la coopération pour l’éducation des adultes et le développement). Prévu pour se dérouler sous forme d’une série de projets sur différents thèmes et avec un partenariat qui changera dans les années qui viennent, il s’appuie sur des expériences que DVV International a eu l’occasion de faire voici quelques temps avec les BOCAED, les Conférences de Bonn sur l’éducation des adultes et le développement, qui couvraient des thèmes importants et portaient des titres tels que Migration et éducation des adultesŸ, Financement de l’éducation des adultes ou encore Rappelez-vous pour l’avenir, ces évènements ayant parfaitement bien été retracés dans les publications de DVV international. la prochaine conférence prévue pour 2013 portera sur le thème du développement des compétences techniques et professionnelles dans le secteur informel.

Contexte

L’intensification de la mondialisation ne veut pas dire que la coopération entre les régions perd de son importance. la coopération entre l’europe et l’asie, plus précisément entre l’asean (association des nations d’asie du sud-est) et l’ue (l’union européenne) au niveau des gouvernements, des parlements et des peuples fait partie des processus essentiels qui l’illustrent clairement et puissamment. Cette coopération est appelée aseM (Asia-Europe Meeting ou, en français, dialogue asie-europe). la participation à ce forum n’est plus limitée aux pays de l’asean et de l’ue, puisque d’importants acteurs des deux continents comme la Chine, le Japon, la Corée, l’australie et la russie ont rejoint l’ASEM.

En 2012, la république populaire du laos a accueilli les réunions suivantes de l’ASEM:

     

  • le sommet asie-europe réunissant les 5 et 6 novembre les chefs des états membres et leurs délégations était intitulé amis pour la paix, partenaires pour la prospérité (informations à ce sujet sur www.asem9.la);
  • la Conférence asie-europe sur le partenariat parlementaire s’est tenue du 3 au 5 octobre, et les voies de coopération à venir sont présentées sur www. asep7.gov.la;
  • le Forum des peuples d’asie et d’europe (AEPF) s’est réuni pour la neuvième fois du 16 au 19 octobre, et a permis à ses participants de préparer la mise en oeuvre d’efforts conjoints pour l’avenir (pour en savoir plus: www.aepf9.info).
  •  

Les ministres de l’éducation des pays membres de l’ASEM se réunissent tous les deux ans. l’ASEM dispose d’un secrétariat responsable de l’éducation, chargé d’organiser ses activités dans le domaine de l’éducation. Pour davantage de détails, veuillez consulter le site www.asem-education-secretariat.org.

Autre organisation d’importance dans ce contexte: la Fondation asie-europe (ASEF: asia-europe Foundation) qui organise tout un ensemble de programmes se consacrant à des aspects et thèmes spécifiques aux protagonistes des deux continents.

Préparation

En 2010, DVV international avait déjà commencé à s’entretenir avec l’association asie-Pacifique sud pour l’éducation de base et des adultes (ASPBAE), qui opère entres autres depuis Bombay, et l’association européenne pour l’éducation des adultes (eaea), dont le siège est situé à Bruxelles, pour déterminer comment joindre leurs efforts. les deux associations ont des membres très divers, des organisations disposant d’une vaste expertise professionnelle, et sont profondément ancrées dans les sociétés civiles de leurs pays. Toutes deux sont des membres régionaux du Conseil international d’éducation des adultes et ont déclaré vouloir saisir cette occasion pour intensifier la coopération entre les deux régions.

En 2010, pour préparer le terrain, le directeur régional de DVV international a proposé de coéditer un numéro spécial de la revue lline consacrée à l’apprentissage tout au long de la vie en europe (www.lline.fi) en regroupant divers articles d’asie et du Pacifique, et en publiant davantage ultérieurement dans d’autres numéros. Partant de cela, nous avons réussi à publier un numéro spécial pour lequel nous avons réimprimé un certain nombre d’articles de ces dernières années sur le thème de l’alphabétisation, de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie en europe et dans la région asie-Pacifique et ce, juste à temps pour le distribuer largement aux participants du neuvième Forum des peuples d’asie et d’europe (AEPF), tout en conservant un certain nombre d’exemplaires pour plus tard.

Le Forum des peuples de l’asean s’est réuni au Cambodge, à Phnom Penh, du 28 au 31 mars, avant le sommet des chefs d’états et de gouvernements de l’asean. Cet évènement était important pour la république populaire du laos étant donné qu’un bon nombre de participants étaient laotiens, principalement notamment des membres du réseau lao nPa (association à but non lucratif) et des organisations associées, ce qui s’est révélé déterminant pour préparer le Forum des peuples d’asie et d’europe (aePF). Tout un ensemble de présentations et d’ateliers s’y sont déroulés, auxquels ont participé des partenaires cambodgiens et philippins, de même que l’asPBae et DVV international. nous avons conjointement organisé un atelier intitulé: Transformer la vie de femmes et de jeunes vulnérables dans des communautés de l’ASEAN grâce à une éducation de qualité, à l’alphabétisation et à l’acquisition de compétences nécessaires dans la vie courante. Cet atelier a attiré de nombreux participants, et les recommandations qui y ont été formulées ont été présentées au comité organisateur.

Durant le premier semestre 2012, les évènements ci-après, annoncés et présentés sur le site www.aseminfoboard.org, ont en outre été organisés.

     

  • le symposium sur l’éducation et la formation technique et professionnelle sur le thème de la mise en pratique des cadres d’action: demande, développement et décision (Putting Frameworks into Practice: Demand, Development and Decision), les 28 et 29 février à Berlin (allemagne).
  • la Conférence internationale asie-europe sur le thème d’un meilleur équilibre de la mobilité (Enhancing Balanced Mobility), les 5 et 6 mars à Bangkok (Thaïlande)
  • le Forum de l’aseM sur l’apprentissage tout au long de la vie (Apprendre sans limites) durant la présidence danoise de l’ue, les 29 et 30 mai à Copenhague (danemark)
  •  

La conférence de Bangkok a été très intéressante du fait des présentations et débats importants qui y ont eu lieu sur la création d’un futur cadre de qualification de l’asean (EQF) et d’un système de transfert de crédits de l’asean (ACTS). Tous ceux qui connaissent la situation en europe n’auront aucune difficulté à faire une parallèle avec le cadre européen de qualification (EQF) et le système européen de transfert de crédits (ECTS). les gens qui travaillent en europe dans le secteur de l’éducation non formelle ou de l’éducation des jeunes en rupture de scolarité et des adultes connaissent tous les difficultés pour faire reconnaître, valider et certifier dûment les compétences et acquis. les nouvelles liGnes direCTriCes de l’UNESCO pour la reconnaissance, la validation et la certification des acquis de l’apprentissage non formel et informel, qui peuvent être consultées sur le site de l’institut de lUNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (unesdoc. unesco.org/images/0021/002163/216360f.pdf), constituent un outil très précieux à cet égard. en raison non seulement de leur importance, mais aussi des difficultés à les appliquer, de l’intégration rapide de l’asean et de la libéralisation du marché des biens et services en 2015, le bureau régional de DVV international finance la traduction de ces directives en laotien et en khmer.

Le Forum de l’ASEM (dialogue asie-europe) intitulé Apprendre sans limites a aussi donné l’occasion de se préparer et de travailler en réseau avant l’évènement proprement dit au laos. Ce forum était organisé par le pôle éducation et recherche de l’aseM sur l’apprentissage tout au long de la vie. une centaine de participants venus de pays d’asie et d’europe, essentiellement délégués par des gouvernements et des universités, ont échangé sur leurs expériences concernant le développement de stratégies et systèmes d’apprentissage tout au long de la vie, et ont essayé de définir et comparer ce qui a été accompli jusqu’à présent. les principaux concepts abordés tournaient autour des villes et des sociétés apprenantes. les participants se sont en même temps penchés ici sur la reconnaissance et la validation des compétences et qualifications acquises – et nécessaires. le directeur adjoint de DVV International, qui est en même temps vice-président de l’eaea, et le directeur régional ont participé à cette conférence dont un compte rendu bien documenté peut être consulté sur www.asemforum2012.dk.

Le Forum des peuples

Le neuvième Forum des peuples d’asie et d’europe (AEPF9) était intitulé: Solidarité entre les peuples contre la pauvreté et pour un développement durable: relever ledéfi d’un développement injuste et inégal. Construire des États de citoyens pour les citoyensŸ. ses quatre grands axes thématiques étaient les suivants:

     

  • protection sociale universelle et accès aux services essentiels;
  • souveraineté alimentaire et gestion durable des terres et des ressources naturelles;
  • production et utilisation durable de l’énergie;
  • travail équitable et moyens de subsistance durables.
  •  

Quelque mille représentants d’organisations de la société civile du laos, d’asie et d’europe se sont réunis au palais national de la culture. C’est jusqu’à présent la plus grande conférence de la société civile à s’être déroulée au laos. une journée officielle d’inauguration avait été organisée, réunissant de nombreux représentants de haut niveau, y compris le vice-Premier ministre de la république populaire du laos. deux journées intensives d’information et d’échanges, de consultations et de débats ont suivi avec toute une série de forums thématiques et de nombreux ateliers sur les quatre grands axes thématiques. le dernier jour, un projet de déclaration finale a été présenté pour être remanié, avant d’être adopté en séance plénière. le président du comité international organisateur a remis la déclaration au vice-ministre des affaires étrangères de la république populaire du laos chargé de la présenter au sommet des chefs d’états et de gouvernements de l’asean.

DVV international et ses partenaires nationaux et régionaux s’étaient montrés vivement intéressés par l’invitation à se joindre à l’AEPF9. des consultations ont fait voir le jour à un projet d’y participer en organisant trois ateliers sur des thèmes associés à ceux du forum:

     

  • sur l’apprentissage et l’éducation tout au long de la vie qui contribuent à l’accès à des services essentiels;
  • sur l’éducation environnementale et l’éducation au changement climatique qui contribuent à la gestion des ressources naturelles;
  • sur le développement de compétences et la formation qui font partie des domaines de l’emploi et des moyens de subsistance.
  •  

Il avait été prévu que l’asPBae et l’eaea délègueraient chacune un groupe de collaborateurs de leurs associations respectives ainsi que des représentants de plusieurs organisations membres de différents pays pour couvrir ces thèmes et apporter de riches contributions au débat et à l’échange sur les sujets suivants: apprentissage tout au long de la vie et réduction de la pauvreté; éducation environnementale et formation au changement climatique; développement de compétences et de capacités. les trois ateliers thématiques devaient être respectivement organisés par un groupe de collègues qui devaient se charger de l’animation, du compte rendu et des présentations, dans le respect de la pluralité des héritages. Comme le comité d’organisation de l’AEPF9 l’avait demandé, un partenaire du laos devait aussi participer à chacun des ateliers. les participants laotiens venaient du Garment skills Center, du département d’éducation non formelle, du ministère des ressources naturelles et de l’environnement et de Green discovery.

Les présentations et les résultats des ateliers devaient faire l’objet d’un examen plus approfondi. Toutefois, les résultats essentiels et les recommandations des ateliers pour le calendrier futur du développement devaient être rapportés par les participants dans leurs organisations, leurs pays et leurs régions, et transmis en temps utile aux organisateurs de l’aePF pour être intégrés dans la déclaration finale.

Neuvième Forum des peuples d’Asie et d’Europe, Vientiane (Laos), du 16 au 19 octobre 2012
Source: Heribert Hinze
n

 

Le gouvernement allemand a vigoureusement soutenu l’AEPF9. le ministère fédéral de la Coopération économique et du développement (BMZ) a financièrement participé à ces ateliers tandis que le ministère des affaires étrangères a affecté des subventions à la société allemande de coopération internationale (GIZ) pour aider à couvrir les dépenses globales de cet important évènement.

La coopération avec la presse, via le ventiane Times, a également bien fonctionné. dans un communiqué publié avant l’aePF9, le directeur régional déclarait:

C’est une excellente occasion de mettre sur pied une telle coopération au sein de l’ASEAN et avec des partenaires européens. Le succès de l’AEPF9 constitue une grande chance pour nous tous. Les gens et leurs capacités sont la principale ressource dans le développement. L’AEPT sera aussi un évènement instructif, participant de l’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Les trois ateliers organisés à cette occasion ont été animés dans les bureaux de l’association des journalistes, et le coordinateur compétences et liaison de DVV International, monsieur Khanthong inthachack, s’est déclaré persuadé que

Le choix du lieu pour organiser les ateliers est bon et nous sommes très heureux d’avoir reçu un si grand soutien de la part de l’association. Nous accrocherons des bannières à l’extérieur pour attirer davantage l’attention sur l’AEPF9.

Trois ateliers pendant l’AEPF9

nous avons été informés au moment opportun par le secrétariat de l’aePF9 que nos propositions d’organiser trois ateliers dans le cadre de l’aePF9 avaient été acceptées, ce qui nous a permis de bien les préparer. Chacun de nos ateliers avait plusieurs présentateurs, et nous les avons annoncés par le biais d’une brochure largement diffusée durant l’aePF de façon à attirer des participants, en concurrence avec une foule d’autres ateliers intéressants organisés parallèlement. Toutefois, nous avons réussi à attirer en tout plus de cent cinquante participants aux trois ateliers d’une durée respective d’environ trois heures et demie. nos ateliers portaient sur les thèmes présentés ci-après.

Atelier n° 1 – Compétences nécessaires dans la vie professionnelle et dans la vie courante: assurer des emplois décents et des moyens de subsistance durables

Il existe un rapport étroit entre les compétences, le travail et la vie. l’éducation et la formation sont essentielles pour permettre aux jeunes et aux adultes de bien se débrouiller dans leur milieu professionnel. en même temps, les gens ne devraient pas exercer n’importe quel type de travail. il existe un droit humain à des emplois décents, et les nouveaux emplois exigent de nouvelles compétences. le travail des enfants demeure un problème majeur, l’organisation internationale du travail estimant le nombre des enfants qui travaillent à 220 millions. les présentateurs se placeront sous différents angles pour examiner la question, en l’occurrence des points de vue de l’europe, de l’asie et du laos. après 2015; les calendriers du développement devront accorder une priorité bien plus importante à l’apprentissage tout au long de la vie pour tous, tant en ce qui concerne les Objectifs du millénaire pour le développement que l’éducation pour tous. les présentations, les débats et les résultats de cet atelier devraient y contribuer.

Les présentations portaient sur les thèmes suivants: alphabétisation et compétences nécessaires dans la vie courante pour les jeunes et les femmes vulnérables; le défi de l’ue pour 2020 concernant les nouvelles compétences pour de nouveaux emplois; genre, moyens de subsistance durables et emploi; les signes en direction des calendriers d’après 2015 des OMd et de l’EPT à la lumière de l’apprentissage tout au long de la vie pour tous. les participants se sont mis d’accord pour formuler les recommandations ci-dessous.

     

  • demander aux gouvernements nationaux et aux organes intergouvernementaux régionaux comme l’asean et l’ue de financer des programmes aux coûts pleinement évalués, portant sur l’alphabétisation, les moyens de subsistance, les compétences nécessaires dans la vie courante et les compétences professionnelles, et s’adressant aux groupes marginalisés et vulnérables en tant que stratégie d’éradication de la pauvreté et de développement durable.
  • Toute intervention éducative, qu’il s’agisse de l’éducation primaire, de la formation professionnelle ou de la formation continue devrait d’abord et surtout accroître la liberté des personnes pour leur permettre de choisir la direction qu’elles veulent donner à leur vie. il est nécessaire d’évaluer l’aptitude des gens et leurs besoins pour aiguiser leur motivation et leur envie d’apprendre et d’évoluer.
  • des mesures d’embauche antidiscriminatoires sont nécessaires pour inclure la protection sociale dans les programmes d’éducation afin d’assurer que les groupes vulnérables continuent d’apprendre et de prendre une part active dans la société.
  • les gouvernements devraient se pencher sur la question de la migration croissante des jeunes et autres personnes vulnérables vers les villes, à l’intérieur des nations et à travers les continents, en assurant qu’ils puissent améliorer leurs compétences et en acquérir de nouvelles pour les protéger de la précarité de l’emploi et développer leur potentiel d’autodéveloppement, de productivité et de citoyenneté responsable.
  • les filles et les femmes sont plus vulnérables quant à l’accès aux possibilités de s’éduquer et de travailler. nous avons besoin d’une éducation pertinente, susceptible de donner aux femmes et aux filles les moyens de vivre dans la dignité et la sécurité, et d’avoir la possibilité de se créer des moyens de subsistance décents.
  • il faut développer des programmes d’éducation faisant correspondre les connaissances et compétences au développement économique local et aux marchés nationaux et internationaux en ce qui concerne l’employabilité, les moyens de subsistance et l’éradication de la pauvreté.
  • les calendriers du développement devraient reconnaître le rapport étroit existant entre le travail, les compétences et la vie dans les processus d’éducation et de formation des enfants, des jeunes et des adultes. il faut défendre le droit humain à un emploi décent. les nouveaux emplois nécessitent de nouvelles compétences. l’amélioration pour tous des compétences doit devenir une priorité des calendriers du développement après 2015, tant pour les OMd que pour l’EPT.
  •  

Atelier n° 2 – Apprentissage tout au long de la vie pour tous: une clé de l’éradication de la pauvreté et du développement durable

L’éducation est un droit humain, c’est un service social essentiel, nécessaire aux enfants, aux jeunes et aux adultes en tant qu’élément primordial de l’apprentissage tout au long de la vie, de l’alphabétisation à la scolarité, en passant par l’enseignement supérieur et la formation. les présentateurs se placeront sous différents angles pour examiner la question, en l’occurrence en se plaçant des points de vue de l’europe, de l’asie et du laos. après 2015, les calendriers du développement devront accorder une priorité bien plus importante à l’apprentissage tout au long de la vie pour tous, tant en ce qui concerne les Objectifs du millénaire pour le développement que l’éducation pour tous. Les présentations, les débats et les résultats de cet atelier devraient y contribuer.

L’atelier était consacré à deux études de cas intéressantes réalisées au laos et au Cambodge sur l’alphabétisation, à un panorama régional de l’asie et du Pacifique, et à deux présentations sur des nouveautés au danemark et en allemagne. les recommandations ci-dessous ont été formulées à cette occasion.

     

  • Assurer le droit à une éducation de base de qualité pour tous – l’un des outils indispensables pour exercer d’autres droits économiques, sociaux, politiques et culturels – est un objectif qui n’aura pas été atteint d’ici 2015, que ce soit en europe ou en asie. Par conséquent, après cette échéance, tout calendrier du développement devra continuer d’inclure parmi ses priorités des possibilités équitables de s’éduquer et d’apprendre – sinon, les résultats obtenus ces deux dernières décennies pourraient facilement s’en trouver anéantis.
  • Les gouvernements, les bailleurs de fonds, les organisations multilatérales et les organisations intergouvernementales devraient reconnaître que l’apprentissage tout au long de la vie, de l’alphabétisation à la scolarité, en passant par l’éducation et la formation tant formelle, non formelle qu’informelle, est un droit humain, un service social essentiel pour les enfants, les jeunes et les adultes.
  • Les politiques et programmes gouvernementaux devraient promouvoir l’alphabétisation et le respect de la sagesse locale comme fondement de l’apprentissage tout au long de la vie pour améliorer le développement humain et, ainsi, avoir un impact sur le développement socio-économique d’un pays.
  • Les dirigeants de l’éducation dans le monde devrait faire de l’apprentissage tout au long de la vie un objectif mondial global, en l’individualisant en fonction des pays.
  • Les personnes et les communautés devraient avoir leur mot à dire sur ce que l’on entend par un apprentissage de qualitéŸ et sur la pertinence des contenus éducatifs pour leurs situations personnelles, c’est-à-dire si les curriculums et les connaissances enseignés correspondent à leurs moyens de subsistance. les gouvernements et l’UNESCO devraient élaborer des indicateurs – autres que les pourcentages d’alphabétisation au sein des populations adultes – pour mesurer la réussite des efforts entrepris pour atteindre les objectifs 3 et 4 de l’EPT. Ces indicateurs d’évaluation devraient inclure les résultats de l’éducation pour la santé, les compétences à l’autodétermination, à la participation et à la solidarité, les compétences nécessaires dans la vie courante et tous les autres acquis de l’apprentissage tout au long de la vie et liés à l’atteinte des OMD.
  • Pour que l’apprentissage tout au long de la vie et l’apprentissage embrassant tous ses aspects de la vie puissent porter leurs fruits quant à la réduction de la pauvreté et le développement durable dans les pays, ils devraient être compris et explicitement intégrés dans des cadres politiques et des législations plus larges, pourvus de financements constants et assortis de pouvoirs grâce à une gouvernance inclusive.
  •  

Atelier n° 3 – L’éducation environnementale et l’éducation au changement climatique pour le développement durable

Le réchauffement planétaire et le changement climatique sont devenus une réalité de l’existence et du cadre de vie de plus en plus de gens. l’éducation pour le développement durable est un élément essentiel pour tous les types d’éducation, d’apprentissage et de formation, pour les enfants, les jeunes et les adultes. Cette année fait encore partie de la décennie de l’éducation pour le développement durable décrétée par l’unesCO. les présentateurs se placeront sous différents angles pour examiner la question, couvrant en l’occurrence des points de vue et pratiques mondiaux, régionaux, nationaux et locaux. des exemples concrets d’éducation environnementale seront présentés et feront l’objet de débats, aboutissant sur la formulation de recommandations pour la politique et la pratique.

L’atelier comportait des présentations sur des approches de l’éducation au changement climatique reposant sur les écosystèmes, des études de cas réalisées au Cambodge et au laos sur l’éducation environnementale des jeunes et leur sensibilisation à cette question, et un panorama régional par le biais du réseau CliMaTe aP. les recommandations ci-dessous ont été formulées lors de cet atelier.

     

  • Dans l’éducation pour le développement durable, l’éducation environnementale et l’éducation au changement climatique doivent constituer un aspect clé de toute éducation et formation dispensées à des enfants, à des jeunes et à des adultes. l’éducation pour le développement durable est nécessaire pour apprécier la nature, ce qui nous lie à elle, et pour oeuvrer activement à sa protection.
  • l’éducation au changement climatique devrait fournir l’occasion de revoir le paradigme du développement qui repose sur le principe d’une croissance illimitée, dépendant des énergies fossiles, et postuler une voie de développement plus durable.
  • les organisations de la société civile doivent analyser les nouveaux investissements entre les pays de l’asean et de l’eu ayant des répercussions sur l’environnement. elles doivent y répondre et sensibiliser le secteur privé en matière de transparence sociale et environnementale.
  • les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux doivent sensibiliser à l’importance des consultations avec les représentants de communautés locales et de la société civile quant au contrôle environnemental de projets de développement impliquant l’utilisation de ressources naturelles.
  • l’approche fondée sur les écosystèmes est une solution bon marché, simple et durable à intégrer dans les contenus et contextes des offres d’éducation environnementale et d’éducation au changement climatique.
  • les présentateurs et participants de l’atelier recommandent en outre la nécessité de demander à l’Onu, à l’ue, aux organisations multilatérales et aux gouvernements des aides financières et autres pour mettre en oeuvre des processus d’apprentissage participatifs axés sur l’écologie pour la justice climatique, l’éducation environnementale et l’éducation au changement climatique.
  • l’éducation environnementale et l’éducation au changement climatique devraient être incorporées dans des projets de développement et dans l’aide mise au point.
  • Tant les pays développés que ceux en voie de développement doivent se concentrer sur des efforts de sensibilisation au changement climatique afin d’adopter des positions responsables sur les questions de justice climatique mondiale soulevées à l’occasion des conférences et conventions internationales.
  •  

     

     

Les messages essentiels de ces recommandations au sujet des compétences, de l’environnement et de l’apprentissage tout au long de la vie ont été repris dans la déclaration finale à consulter sur le site internet de l’AEPF9.

Une bonne occasion de travailler en réseau

L’équipe de l’antenne régionale de DVV international était bien préparée à accueillir des partenaires et collègues. ses membres ont joué un rôle charnière quant à la préparation et à la mise en oeuvre des trois ateliers, y compris en offrant une aide logistique aux présentateurs, animateurs et journalistes. ils étaient très motivés par l’idée de participer à la grande réussite du projet. ainsi l’équipe a-t-elle travaillé avec acharnement pour assurer le succès de cet évènement. durant la phase finale, des réunions quotidiennes étaient organisées pour définir ce que nécessitaient les ateliers quant à la logistique, aux finances et au lieu où ils se tiendraient. et pour faire de ces manifestations un évènement inoubliable pour les collègues et partenaires venus d’allemagne, du danemark, du Cambodge, des Philippines, d’inde et du népal, des visites de monuments du patrimoine culturel laotien comme le That

Neuvième Forum des peuples d’Asie et d’Europe, Vientiane (Laos), du 16 au 19 octobre 2012
Source: Heribert Hinze
n

Luang, le vat sisaket, le temple de simuang et le Patouxay furent organisées. Par conséquent, en plus du programme des ateliers, il y avait:

     

  • un stand de distribution et de présentation de matériels des partenaires;
  • des bannières d’information et de publicité pour les ateliers;
  • des posters sur les trois sujets abordés: les compétences, l’environnement et l’apprentissage tout au long de la vie pour tous;
  • une visite guidée des hauts-lieux culturels de vientiane;
  • des visites instructives de centres de formation professionnelle;
  • un dîner de solidarité accompagné de danses lavong et d’une cérémonie d’adieu de baci suivant la tradition laotienne.
  •  

Le nouveau calendrier de DVV international pour 2013, préparé en collaboration avec le département d’éducation non formelle du ministère de l’éducation et des sports du laos sur le thème de l’amélioration des compétences pour une vie meilleure grâce à l’éducation non formelle et à l’apprentissage tout au long de la vie avait été produit juste à temps pour être largement distribué aux participants

– garantissant ainsi qu’ils se rappelleront l’AEPF9 au laos tout au long de l’année 2013.

Après l’AEPF9, les représentants de l’asPBae et de l’eaea ont réfléchi avec DVV international sur les différentes expériences et se sont accordés à dire que les efforts conjoints de coopération entre l’asie et l’europe étaient importants et devaient se poursuivre. Cet engagement crée un espace de plaidoyer supplémentaire dans ces régions et pays, et les relie aux espaces internationaux. Les participants se sont mis d’accord sur un ensemble de mesures très concrètes sur lesquelles l’asPBae et l’eaea vont maintenant se pencher plus en détail.

Projetons-nous à présent dans l’avenir: l’AEPF10 qui devrait se tenir en europe dans deux ans nous offre dès maintenant une excellente occasion de faire le point sur ce qui a été accompli.

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.