L’apprentissage de proximité en … Géorgie

Cours d’artisanat dans un centre d’apprentissage de proximité. Ci-dessus, la production d’un des souvenirs les plus populaires : la corne à boire géorgienne.

Au fil des ans, le concept de l’éducation des adultes en Géorgie est devenu étroitement associé au nom de DV V International. À la suite de l’effondrement de l’Union soviétique, les systèmes d’éducation des États fraîchement indépendants connurent de considérables changements : alors que les républiques partageaient toutes un passé commun de centralisation et de contrôle étatique, la période qui succéda à la déclaration d’indépendance fut le théâtre de l’une des réformes les plus rapides, les plus visibles et, pour beaucoup, les plus controversées. Alors que l’efficacité de la majeure partie des changements quant à la création d’une main-d’œuvre plus qualifiée n’a jamais fait l’ombre d’un doute, les réformes visaient exclusivement les écoles et les universités, et n’avaient pas grand-chose à voir avec l’éducation des adultes. C’est à ce moment-là que DVV International arriva pour aider à compléter le tableau en créant un système d’éducation des adultes non formelle.

Par le biais de courts projets qui s’adressaient à des groupes de population défavorisés, DVV International apprit comment concevoir et mettre en œuvre le mieux possible dans le pays des activités d’éducation non formelle. Non seulement ces activités constituent un outil important de développement personnel, mais elles stimulent en même temps l’intégration et la mobilité sociale des populations marginalisées. Cette approche, introduite en 2006 et utilisée depuis, a été conçue durant les deux années de mise en œuvre du projet intitulé : « Les universités populaires à Samtskhe – Javakheti – une chance d’intégrer les minorités ».

« La participation active des minorités ethniques aux activités organisées par les centres d’éducation des adultes incite les gens à s’intégrer dans la société en luttant contre la frustration et en se réappropriant leur amour-propre. »

Formation des enseignants du secteur public dans un camp de déplacés internes d’Abkhazia.

La participation active des minorités ethniques aux activités organisées par les centres d’éducation des adultes de Samtskhe-Javakheti – une région du sud de la Géorgie où les Arméniens sont largement majoritaires – incite les gens à s’intégrer dans la société en luttant contre la frustration et en se réappropriant leur amour-propre.

Pour y parvenir, cette démarche s’appuie sur des cours de géorgien et d’éducation civique. Un vaste éventail de programmes de formation professionnelle est également proposé. Ces programmes accroissent la participation civique de leurs bénéficiaires et améliorent leur compétitivité sur le marché du travail.

Les centres d’apprentissage de proximité proposent des offres dans tous les domaines : de l’évolution professionnelle par l’entretien de compétences primordiales à la création d’un environnement propice à une quête de savoir tout au long de la vie. Les programmes éducatifs se déroulent généralement sur des périodes variant entre deux et cinq mois.

Dès le premier jour, les quatre centres d’apprentissage de proximité ont proposé, tant aux populations déplacées à l’intérieur du territoire qu’aux populations locales, les programmes suivants :

     

  • formation professionnelle (cours de couture, travail du bois, agriculture, construction – en tout plus de vingt disciplines) ;
  • programme de développement personnel (cours d’alphabétisation numérique et d’informatique) ; cours de langues ; cours de gestion de petites entreprises/d’entreprenariat ; opérations bancaires et comptabilité ; gestion de bureau) ;
  • programme d’acquisition de compétences nécessaires dans la vie courante et de compétences essentielles (par exemple des formations dans les domaines suivants : communication et présentation efficaces, gestion de conflits, demande d’emploi, rédaction de propositions, gestion de projets, etc.) ; 
  • éducation civique (réunions et débats publics, club de citoyenneté active) ; 
  • programme pour les jeunes ;
  • programme de réinsertion psychosociale ;
  • renseignements, conseils et assistance juridiques.
  •  

Tout ceci a été conçu pour accroître l’autonomie des participants en améliorant leur accès aux ressources et possibilités éducatives.

Au début, les centres d’apprentissage de proximité étaient intégralement financés par l’Union européenne. Plus tard, quatre associations de proximité héritèrent des locaux et des équipements. Aujourd’hui, les centres sont financés grâce à la générosité du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), avec le concours financier des municipalités et d’un ensemble de donateurs locaux et internationaux.

Dès le départ, les centres d’apprentissage de proximité se sont distingués en tant que lieux essentiels de développement personnel, qui développent le pouvoir d’agir de gens issus de milieux sociaux et de lieux géographiques différents afin de créer et d’entretenir un sentiment d’identité partagée. Ils répondent aux besoins des populations locales en leur proposant des activités éducatives et culturelles gratuites, et en leur offrant un espace public pouvant être utilisé pour organiser des réunions de la collectivité et toutes sortes d’évènements mondains.

Grâce à leur méthode d’enseignement innovante, à leur assistance technique et à l’équipement nécessaire, les centres d’apprentissage de proximité aident des organisations, des groupes et des personnes au plan local. Ils leur offrent l’accès, à un prix abordable, à des bureaux, des lieux de réunions ou des salles de répétition. De ce fait, les centres d’apprentissage de proximité servent en même temps de lieux de réunions et de consultations publiques sur des questions relatives à la collectivité, pour des campagnes d’information et des débats.

La vie dans les régions dotées de centres d’apprentissage de proximité n’est pas du tout la même que dans les autres régions du pays. Non seulement les centres stimulent l’emploi, mais ils rendent les collectivités plus vivantes. Par-dessus tout, ils contribuent à développer la conscience civique. Ceci est de la plus haute importance pour l’évolution de la société géorgienne. Les ambitions sont grandes, et l’objectif de création d’un centre d’apprentissage de proximité par région stimule le développement.

Pour plus d’informations
www.dvv-international.ge

L’auteur
Lali Santeladze, DVV International Géorgie,
santeladze@dvv-international.ge

 

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.