Le projet de l’école Zé Peão, étude de cas au Brésil

La chorale Chant des cultures sur scène à l’occasion du festival culturel du quartier Osdorfer Born,
© Rafael Freire

Contexte

Le secteur du bâtiment a longtemps été un refuge pour les ouvriers qu’une misère noire avait poussés hors de leur pays et qui étaient partis en quête de meilleures perspectives professionnelles : autrefois les Irlandais et aujourd’hui les Polonais en Angleterre, les Maghrébins en France, les Turcs en Allemagne, les « intouchables » en Inde, les Mexicains aux USA et les Égyptiens et les Sud-Asiatiques au Koweït. Nombre d’entre eux n’ont pas suivi de scolarité formelle et ne disposent pas de qualifications professionnelles. Au Brésil, la migration est principalement interne, il s’agit essentiellement d’un exode rural.

Le projet de l’école Zé Peão repose sur un accord entre l’université fédérale du Paraíba (João Pessoa, Brésil) et la section locale du syndicat des ouvriers du bâtiment SINTRICOM. L’école propose aux ouvriers des cours d’alphabétisation et d’éducation de base organisés dans des salles de classes installées sur le chantier où vivent et dorment les ouvriers. Les cours se déroulent le soir de 17 à 19 heures.

Les facteurs de réussite

La méthode d’enseignement repose sur une approche pluridisciplinaire, le contenu des leçons s’appuyant sur la situation et les besoins des participants. Les sujets englobent l’environnement, les maladies sexuellement transmissibles et les accidents du travail. Toutefois, les cours d’alphabétisation sont l’axe principal d’activité de l’école : il est fondamental que les ouvriers sachent lire avec compétence les mots et le monde, et puissent employer la langue pour approfondir leurs connaissances. D’autres programmes sont conçus pour élargir leur horizon : séances de cinéma en plein air, atelier artistique, bibliothèque mobile, atelier d’apprentissage mobile au moyen de tablettes et de supports numériques, et programme d’activités culturelles.

En 25 ans, l’école a atteint plus de 5 000 ouvriers et leurs familles, et formés plus de 250 éducateurs d’adultes. Elle a démontré que des partenaires aussi improbables qu’une université publique et un syndicat d’ouvriers pouvaient travailler efficacement ensemble pour garantir aux ouvriers l’exercice de leur droit à un savoir socialement utile.


Pour plus d’informations
www.sintricomjp.com.br/projeto-escola-ze-peao/
www.youtube.com/watch?v=xxnY6sW-jg8

Contact
Timothy Ireland
Université fédérale du Paraíba
ireland.timothy@gmail.com

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.